Groupe Batteur Portraits d'entrepreneurs sans frontières (11/20)

Publié le 18/04/2017

Interview d'Olivier Fatou / Hérouville-Saint-Clair

Mots-clés :

Groupe BatteurSanté sans frontière

Le bien-être n’a pas de frontière. Et c’est pour cette bonne raison que l’on trouve les produits du groupe Batteur dans plus de 80 pays. Qu’il s’agisse de la cosmétique, de la santé familiale, des seniors, des bébés, les univers du groupe se déclinent et se reproduisent à l’international. Une stratégie qui ne cesse de monter en puissance depuis quelques années, et qui, sous l’impulsion du directeur général Cédric Batteur, a encore de belles pages à écrire. « Dans cinq ou six ans, nous réaliserons 45 % de notre activité à l’export contre 30 % aujourd’hui », prévoit ainsi le directeur export, Olivier Fatou.

C’est en s’appuyant sur des partenaires de confiance que le groupe s’implante dans les différents pays. Il a également fait le choix d’ouvrir six filiales ou bureaux de représentation (Hong Kong, Dubaï, Belgique, Canada, Maroc, Italie). Cette présence sur le terrain lui permet de savoir s’adapter à la concurrence, aux prix du marché, à la culture et aux habitudes. C’est ainsi qu’un produit pour les fesses des bébés, à base de liniment, est utilisé comme lait démaquillant en Corée du Sud. C’est aussi savoir apposer un petit drapeau français sur certaines étiquettes, car le « made in France » jouit d’une excellente réputation de qualité et de sécurité dans le domaine de la santé.

S’adapter, c’est enfin miser sur internet, circuit d’achat favori des Chinois, par exemple. « De toute façon le digital doit devenir un moyen de communication prédominant », commente Olivier Fatou. « C’est la meilleure manière de s’adresser directement aux consommateurs, de leur parler de notre éthique, de nos produits, et de les laisser nousinterpeller ».

L’aspect le plus contraignant auquel doit faire face le groupe Batteur est sans aucun doute les législations en tout genre. Il aura fallu deux ans à une crème éclaircissante pour le visage pour obtenir le feu vert des autorités chinoises. Et si l’Amérique du Sud connait un déploiement plus long, c’est là aussi en raison de l’accumulation de textes de loi restrictifs. Une équipe de vingt personnes est dédiée à la veille réglementaire dans le monde entier pour décrire les bonnes procédures à suivre. C’est évidemment plus facile en Europe, mais Batteur va au Canada – pour mieux aborder le marché des États-Unis – ou encore vers l’Inde, avec « un très gros projet de développement dans les prochaines années, grâce à des partenaires très réceptifs ». La volonté est d’ouvrir une filiale par an dans le monde, signe que l’international est totalement ancré dans la culture de l’entreprise, ne serait-ce que parce que « l’ouverture stimule l’innovation ».

 

www.groupebatteur.com

 

 

Retrouvez les premiers portraits extraits de l'ouvrage "20 parcours normands : Portraits d'entrepreneurs sans frontières"

ADIAL : Vincent Le Gouic / Lisieux

AEMI : Willy Fauvel / Val-de-Reuil

Altix : Jérôme Van Straaten / Val-de-reuil

BS Coating : Véronique Pécheraux / Aubevoye

Celec : Michel Fardo / Neufchâtel-en-Bray

Dedienne Multiplasturgy® : Pierre-Jean Leduc / Saint-Aubin-sur-Gaillon

Domaine Dupont : Jérôme Dupont / Victot-Ponfol

Erlab : Antoine Hauville / Val-de-Reuil

Escargot du Pré d'Auge : Antoine Mengeot / Trouville-sur-mer

EyeBrid : Emmanuel Veillard / Caen

Voir toutes les actualités