Actualités Portraits d'entrepreneurs

Morphosis - Le Havre

20 chefs d’entreprises sans frontières nous livrent cette année leurs recettes d’exportateurs avec de nombreux ingrédients communs : de la persévérance pimentée d’audace, accompagnée d’optimisme et de compétences, savamment intégrés dans une stratégie claire, faire de l’export un projet synonyme de croissance pérenne.

On ne parlait pas encore d’économie circulaire quand Serge Kimbel a créé Morphosis, devenu l’un des acteurs majeurs de l’extraction et de l’affinage des métaux rares et précieux issus principalement des équipements électriques et électroniques. « Nous avons besoin de matières premières pour alimenter notre process », précise Mélanie Bedel, business développeur. Et celles-ci, contrairement à d’autres, ne sont pas en voie de raréfaction. C’est d’abord en Afrique que Morphosis est allé les chercher.

Dans la croissance économique et démographique du continent, la téléphonie mobile joue un rôle certain, avec l’utilisation de nombreux services dont le transfert d’argent n’est pas le moindre. Le gisement est donc de première importance, et les volumes d’appareils recyclés n’ont cessé d’augmenter depuis le début de l’opération, ainsi que celui des réseaux, puisque les technologies évoluent pour accompagner les usages. Morphosis a rejoint le programme lancé depuis deux ans par Orange et Emmaüs International, aboutissant à l’ouverture de centres de démantèlement au Bénin, en Côte d’Ivoire, au Niger, au Sénégal et à Madagascar.

Dans ces pays, le recyclage n’était pas toujours la priorité, avec des téléphones brûlés ou simplement jetés, mais les bonnes habitudes sont en train d’être prises, d’autant que la filière est créatrice d’emplois. « Nous travaillons avec des entreprises locales, des recycleurs, des collecteurs, des professionnels du déchet. Nous accompagnons aussi la montée en puissance des compétences locales en matière de recyclage », précise Mélanie Bedel. Le nom de Morphosis est de plus en plus reconnu en Afrique, et la réussite du traitement des déchets de téléphonie attire l’attention de grands groupes à la recherche de solutions sur des produits plus complexes encore à traiter. « Ils ont besoin de solution clé en main, de service complet pour gérer la collecte des équipements et le traitement final », souligne Mélanie Bedel. Morphosis également présent en Amérique du Sud, cherche, avec son esprit d’innovation inné (qui lui a d’ailleurs valu d’être lauréat du « concours mondial de l’innovation 2030 »), à mener des projets novateurs et inventifs. Ce fut le cas d’une opération déployée avec un réseau de partenaires dans 173 pays. « Il s’agissait, sur de petits volumes, au cas par cas, de débarrasser des stocks quand des solutions locales n’existaient pas ». Une gigantesque collecte qui a démontré tout le savoir-faire de l’entreprise. « C’était un programme ponctuel, mais ce type d’opération peut tout à fait se dupliquer maintenant que nous avons apporté la preuve de son efficacité », remarque Mélanie Bedel, qui a porté le projet.

 

 : www.morphosis.fr

Picto_Facebook : Morphosis

Picto_Twitter : MorphosisM76

picto_linkedin.png : https://www.linkedin.com/profile/view?id=153139056&locale=fr_FR&trk=tyah

Rédaction : François Colombier. Photos : Pascal Monnet. A4TRADUCTION Normandie

Les prochains rendez-vous dans votre région