Actualités Portraits d'entrepreneurs

sans frontières [8/20]

Chambrelan : Sur de bons rails – Interview de Frédéric COUPPEY.

Portrait_normand_2015_CHAMBRELANC’est sur un marché de niche, les glissières pour l’industrie, que Chambrelan a su construire un réseau dans le monde entier. Aujourd’hui, l’export représente deux tiers de l’activité, et ce n’est pas fini.

La première approche fut allemande. Un salon professionnel a démontré qu’il existait un marché : « Nos produits sont bons, bien usinés, cela correspond aux attentes des industriels », confie Frédéric Couppey, P-DG de l’entreprise familiale. L’implantation fut une réussite, pavant le chemin à d’autres dans les grands pays industriels européens, autour de valeurs fortes : « La fiabilité, le service, la capacité à mettre en place des solutions et à corriger ce qui pourrait ne pas aller ». Et une autre évidence : la constance. « Cela fait dix ans que je me rends au salon MSV de Brno, en République Tchèque. On est parti de zéro pour faire aujourd’hui 500 000 € de chiffre. L’export c’est du long terme. Il faut être présent et surtout il faut revenir ».

Le grand export a été approché par le Canada, plus précisément le Québec. La « Belle Province » permet de connaître la culture et le marché nord-américain avec l’avantage de la francophonie. Les accords ALENA font aussi regarder vers les USA et le Mexique.

Chambrelan mise sur l’Inde, où il a implanté un distributeur, afin de mieux pouvoir comprendre un marché compliqué. En Asie du Sud-Est, Taïwan, la Corée du Sud et le Japon ont été abordés. « J’apprécie beaucoup de travailler avec les Japonais. Pour leur efficacité et leur droiture, mais aussi pour leur exigence : ils nous ont fait progresser », constate Frédéric Couppey. Une tendance qu’il avait constatée à ses débuts en Allemagne, où les standards de qualité attendus étaient élevés. Au Japon, ce sont des crans supplémentaires qui sont franchis, pour atteindre la perfection. « Nous avons structuré notre outil de travail pour y répondre ».

C’est cela l’export, s’ouvrir et s’enrichir des rencontres. « On apprend beaucoup des autres dirigeants, des employés, des clients », remarque Frédéric Couppey, qui se souvient avoir visité les yeux écarquillés une usine américaine : « Ils savaient parfaitement marier les outils traditionnels avec des technologies ultra-modernes. Ils retenaient ce qui est efficace dans les deux dimensions. C’est ce qu’il faut savoir faire, et que nous parvenons à reproduire dans nos locaux ».

www.chambrelan.com

Retrouvez les premiers portraits extraits de l’ouvrage « 20 parcours normands : Portraits d’entrepreneurs sans frontières » :

  1. 1to 1 English ; Jonathan Ways / Bihorel
  2. AMN DPI ; Christian Pierens / Notre-Dame-de-Gravenchon
  3. Armistol-Sapo ; Muriel Bérenger / Saint-Cyr-la-Rosière
  4. Auditech Innovations ; Pascal Roussel / Boos
  5. BodyCap ; Fabrice Verjus / Caen
  6. C..TexDev ; Frédéric Guibet / Saint-Contest
  7. Ceri ; Arnaud Sabia / Louviers

Les prochains rendez-vous dans votre région