Dedienne Multiplasturgy Portraits d'entrepreneurs sans frontières (6/20)

Publié le 15/03/2017

Interview de Pierre-Jean Leduc / Saint-Aubin-sur-Gaillon


 

Mots-clés :

DedienneEquiper le monde

 

C’est par cercles concentriques que Dedienne Multiplasturgy® Group s’est développé. D’abord au niveau régional, sous l’impulsion de son créateur, puis, en France. Et depuis 2004 à l’international, après la prise de contrôle du groupe par la nouvelle équipe dirigée par Pierre-Jean Leduc. Les premiers pas à l’export ont été effectués en accompagnant les clients. C’est ce qu’il appelle « l’export subit » : « On est allé à l’étranger parce que les Rangs 1 y ont des usines », précise-t-il.

Ce serait mal le connaître de penser qu’il n’allait pas chercher à voir plus loin. Puisque ses grands clients ont fait du monde leur terrain de jeu, il se devait lui aussi, fort de son expertise technique dans la « multiplasturgy® » de faire de l’export une stratégie propre. Plusieurs motivations se sont croisées : d’abord la volonté de mettre en place une vraie vision stratégique sur le moyen/long terme autour de la substitution des métaux par les plastiques et composites hautes performances capables de séduire les investisseurs. Est venue ensuite l’idée de profiter de l’essor de l’automobile en Europe de l’Est, avec la création ex nihilo d’une usine en Roumanie qui rayonne désormais dans toute la zone. Puis, pour assurer une présence globale dans tout le continent, ce furent des implantations commerciales en Angleterre et en Allemagne. Enfin, pour accompagner la montée en cadence de l’aéronautique mondiale, pour laquelle il était nécessaire de « se retrouver en zone dollar ». Après de très nombreux aller et retour au-dessus de l’Atlantique, et près de trois ans d’investigation, Pierre-Jean Leduc a finalement trouvé la bonne cible, une usine à Chicago, une « première étape » qui annonce d’autres mouvements dans un pays où « avec des technologies différenciantes, il est possible de faire des affaires ».

Et parce que « le monde est à équiper », l’Asie entre naturellement dans la conversation. Le pays n’est pas identifié, mais Pierre-Jean Leduc s’est déjà rendu plusieurs fois en Chine, où il put mesurer les progrès industriels et économiques, et la complexité de s’y implanter. L’important est de garder les yeux ouverts, d’écouter les clients, sentir les évolutions du marché et aussi la « capacité de saisir les opportunités ». Pour s’en donner plus encore, il a adhéré au club export de la filière Normandie AeroEspace et co-créé l’entreprise Nadtek, avec cinq autres pépites technologiques normandes, qui mettent en commun leurs moyens pour être plus compétitives pour aborder les grands marchés internationaux. « Le collectif donne une crédibilité plus importante et nous a permis de remporter déjà des succès ». Et puisque l’international oblige à sortir de sa zone de confort, Pierre-Jean Leduc n’a pas hésité une seconde quand Bpifrance lui a proposé d’intégrer son accélérateur ETI, un accompagnement haut de gamme qui doit permettre de déployer avec toujours plus de force et pertinence son envergure internationale.

 

www.dedienne.com

 

Retrouvez les premiers portraits extraits de l'ouvrage "20 parcours normands : Portraits d'entrepreneurs sans frontières"

ADIAL : Vincent Le Gouic / Lisieux

AEMI : Willy Fauvel / Val-de-Reuil

Altix : Jérôme Van Straaten / Val-de-reuil

BS Coating : Véronique Pécheraux / Aubevoye

Celec : Michel Fardo / Neufchâtel-en-Bray

Voir toutes les actualités