AEMI Portraits d'entrepreneurs sans frontières (2/20)

Publié le 15/02/2017

Interview de Willy Fauvel / Gaillon

Mots-clés :

Portrait Willy Fauvel - AEMISortir de l'ordinaire

 

Pour Willy Fauvel, l’international rime avec partenariat. « On est plus efficaces quand on chasse en meute », explique celui qui dirige depuis 2010 AEMI, entreprise spécialisée dans les marchés de l’automatisme et de l’électricité. Il mène des actions conjointes avec ses voisins de Cohin Environnement et sait s’appuyer sur CCI International Normandie (clubs Maghreb et Afrique) et Business France pour organiser des rendez-vous BtoB, dénicher les bons distributeurs qui valoriseront et vendront ses produits.

L’export est apparu comme une évidence face à un marché français en demi-teinte. En 2013, Willy Fauvel a décidé de prendre le virage de l’international, en l’accompagnant d’une stratégie d’innovation avec le lancement de deux produits, CleanSuite, pour la gestion des zones à atmosphère contrôlée (comme les salles blanches des laboratoires pharmaceutiques, les blocs opératoires) et MyHyperView, solution globale de gestion intelligente des bâtiments, comprenant la sécurité, la protection, la télégestion, la gestion technique, énergétique et environnementale. Suivant ses bonnes habitudes, pour accompagner ce projet, il s’est appuyé sur un partenaire, basé dans le sud de la France, riche en expériences dans le domaine, qui a tout de suite intéressé de nombreux clients et partenaires à l’export.

Avec Cohin Environnement, c’est une autre idée novatrice qui a vu le jour au dernier salon Pollutec de Casablanca : un container remplaçant une station d’épuration pour une population de 500 habitants au maximum. « C’est un produit parfaitement adapté pour l’Afrique », précise Willy Fauvel, qui connaît le continent pour avoir effectué 16 mois de volontariat international en entreprise (VIE) au Sénégal. Sa présentation a suscité l’intérêt, au Maghreb, au Kenya, mais pour allerplus loin, « il était indispensable de réaliser un prototype qui pourra être testé chez des clients ».

« Il est important de proposer des produits qui sortent de l’ordinaire », souligne Willy Fauvel. « À l’international, on ne peut pas être présent partout, mais il faut être en mesure de saisir les opportunités ». Et de ne pas baisser les bras. La Libye fut ainsi une des premières destinations visitées par AEMI et Cohin, avec des prises de contact plus que prometteuses. La situation politique a mis sur pause ces programmes, mais Willy Fauvel est prêt à redémarrer dès que les choses iront mieux. En attendant, il s’est tourné, vers le Maghreb, et pense à d’autres pays du Moyen-Orient et d’Afrique. Pour cela, il compte s’appuyer sur les bonnes idées de son bureau d’études et sur les futurs recrutements de jeunes ingénieurs ouverts sur le monde, désireux de se confronter aux marchés internationaux.

www.aemi.pro

 

Retrouvez le premier portrait extrait de l'ouvrage "20 parcours normands : Portraits d'entrepreneurs sans frontières"

ADIAL : Vincent Le Gouic / Lisieux

Voir toutes les actualités